REVUE DE PRESSE de MesMotsCourts culin@ires


04 décembre 2011

Les poux adorent le saumon

conflit_de_canrd

VOILÀ une raison de plus pour se régaler de saumon industriel. On savait déjà que la bestiole d'éle­vage qu'on nous sert à table n'est pas toujours très ragoûtante. Petit rappel pour ceux qui l'auraient ou­blié : avant d'atterrir dans notre assiette, le saumon industriel, qui atteint ses 6 kilos en deux ans, soit deux fois plus vite que son cousin sauvage, a été sélectionné génétiquement pour faire du gras et nourri de granulés énergétiques constitués de farines de poisson agglomérées avec de l'huile de palme. Une pitance assaisonnée au colorant pour lui rosir la chair. Pour qu'il n'attrape pas la pre­mière méchante bactérie qui passe dans les cages surpeuplées – comptez 25 kilos de saumons par mètre cube –, l'éleveur l'a régulièrement traité à coups d'antibiotiques. Et, comme l'opération est stressante, on lui a filé un peu d'anesthésiant, puis redonné un coup de fouet avec une cure de vi­tamine C. Les braves bêtes servies fumées ont droit, après électrocution, à un saumurage express par injection d'eau salée dans  les chairs et à un badigeonnage de fumée et liquide artificielle. Hum, c'est bon !

Voilà qu'on apprend maintenant que chaque fois qu’on avale une bouchée de saumon industriel on assassine des saumons sauvages. La faute aux poux de mer, qui in­festent les fermes immergées le long des côtes et sautent sur tous les poissons sauvages qui passent à côté des cages. Ces terreurs de 3 milli­mètres vous tuent un poisson en moins de deux, en lui épluchant la peau. Des chercheurs canadiens viennent de prouver que s'il y ade moins en moins de saumon sauvages en Atlantique c'est la faute de ces poux de mer échappés des élevages de salmonidés (National Academy Sciences of the USA, août 2011). C'est aussi à cause d'eux que les saumons d'élevage – nous en avalons près de 2 kilos par an, ce qui nous hisse à la deuxième place mondiale – sont régulièrement trempés dans un bain antiparasitaire.  Bon appétit quand même ! 

19/10/2011

Posté par pmercier3 à 17:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 octobre 2011

Shell: violences et expulsions pour les agrocarburants Brésil - MesMotsCourts

Au Mato Grosso do Sul, un état du sud-ouest brésilien, le front du sucre passe à l'attaque. Par sa coopération avec Cosan, le plus grand producteur de sucre du Brésil, le groupe pétrolier anglo-néerlandais Shell est devenu l'un des propriétaires les plus puissant du pays. A travers ses filiales, Shell exploite plantations et usines dans cette région. Depuis plusieurs années, les Guaraní-Kaiowá luttent contre l'expansion des plantations de canne à sucre car elles les privent de terres, d'eau, de vie.

Une étude de Survival International et de nombreux rapports d'observateurs internationaux font état de la souffrance des Guaraní. Ils vivaient jadis en communion avec la terre, la cultivant de façon durable. Le territoire que les Guaraní appellent Tekoha est le centre de leur identité culturelle. Ceux-ci l'ont perdu à cause des élevages et des plantations de soja et de canne à sucre dont les grands propriétaires n'hésitent pas à recourir à la violence pour faire valoir leurs intérêts. Les indiens sont victimes d'assassinat (42 d'entre eux furent abattus par des exploitants agricoles en 2008), de sous-nutrition et de mortalité infantile (étant très supérieures aux moyennes nationales), d'arrestations arbitraires fréquentes. On peut certainement trouver là les raisons pour lesquelles les Guaraní sont le groupe ethnique ayant le plus fort taux de suicide d'Amérique du Sud.

Posté par pmercier3 à 21:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 décembre 2010

La grande illusion de la Malbouffe - MesMotsCourts culin@ires -

conflit_de_canrd

(17/11/2010)

D'ACCORD, la grande distribution a tué le petit commerce et bousillé les entrées de ville, mais ne faisons pas la fine bouche, en contrepartie elle a rempli notre Caddie® d'un tas de chouettes produits. Comptez au moins 10000 références : il suffit de regarder dans les rayons la ribambelle de yaourts, biscuits, tablettes de chocolat, plats cuisinés en tous genres, quelle abondance !

Sauf que tout ça c'est du vent, comme le démontre, de manière implacable, un ancien directeur de recherche à l'Institut national de la recherche agronomique. Dans son livre « L’alimentation durable », qui sort très discrètement cette semaine (1), Christian Rémésy, spécialiste en nutrition, passe à la moulinette le contenu de nos chariots.

Bilan des courses : les deux tiers sont des produits industriels transformés, fabriqués avec pas plus d'une dizaine d'ingrédients de base. Toujours les mêmes. Des « ingrédients de remplissage » dans le jargon. Du sucre, la plupart du temps ajouté sous forme de sirop de glucose, de la matière grasse végétale comme l'huile de palme blanchie avec des solvants, des sous-produits de l'industrie laitière tels que la caséine, une protéine que agroalimentaire et les fabricants de peinture utilisent comme liant. Ajoutez-y des farines blanches à gogo, c'est-à-dire tellement raffinées qu'elles ne valent plus grand-chose sur le plan nutritionnel, et le fameux amidon, que l'on retrouve un peu partout, juste pour donner du volume aux produits. Le tout rehaussé de sel et de saveurs artificielles : « Plus de la moitié des aliments ont maintenant un goût manipulé par les arômes », précise Rémésy. Une malbouffe qui rapporte : « Plus le produit est transformé, plus la marge est importante. » Et tant pis si, en prime, question santé, on déguste.

« La grande distribution expose la population à une offre alimentaire à risque » s'énerve le chercheur.

Voilà un livre qui a peu de chances de se retrouver en tête de gondole...

_____________________________

(1) Odile Jacob, 285p, 21,90 €

Posté par pmercier3 à 11:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

08 avril 2010

Une note qui dépote - MesMotsCourts culinaires -

conflit_de_canrd

L'APPÉTIT vient en mangeant. De­puis qu'il a avalé le mot « alimenta­tion », le « Maap », ministère de l'Ali­mentation, de l'Agriculture et de

la Pêche

, veut mettre son grain de sel dans tout ce qui touche de près ou de loin à nos gamelles. Une virée du côté de

la Répression

des fraudes, pour leur piquer le contrôle des res­
taus et des supermarchés. Une autre chez la collègue de

la Santé

, pour lui
siffler ses plans de lutte contre l'obé­sité. Et pour que la pièce montée tienne la route, il faut la napper avec une belle doctrine : au 78 rue de Va­renne, on s'est chauffé les neurones pour pondre une note de trente pages intitulée « Contribution à l'élabora­tion de la politique d'alimentation du Maap », qui vaut son pesant de ca­cahouètes.

On commence par y découvrir que l'expression « alimentation durable » « se prête parfaitement aux symboles, à la recherche de sens, au significa­tif, au subjectif ». Puis vient une belle leçon de com' à la sauce Sarkozy. Ainsi, « puisque le mangeur et l'opi­nion publique sont irrationnels, le Maap ne doit pas chercher à convaincre de façon rationnelle ». Tout un programme ! La suite est tout aussi goûteuse : « Puisque la peur du risque existera toujours, l'information et la communication continueront à produire des effets pervers. Au lieu de ressasser les maux, il faudra jouer sur les mots. » Comment ? « Il est fa­cile de tout reformuler sans trahir la réalité. Par exemple, il ne faut pas « empêcher la disparition du modèle alimentaire français », mais "accom­pagner ses mutations et ses capaci­tés d'adaptation". » Belle leçon d'en­fumage. Autre exemple : il ne faut pas « déplorer l'augmentation de l’obésité », mais montrer qu'elle se développe plus lentement chez nous que partout ailleurs ».

Le meilleur morceau étant comme toujours pour la fin : « Ce que l'on ne pourra énoncer clairement, il fau­dra accepter de le taire. Ce que l'on ne pourra positiver immédiatement, il faudra en minorer la portée. » Prendre les Français pour des veaux : une tradition, au ministère de l'Agri­culture !...

                                                                                                                                             09/12/2009

Posté par pmercier3 à 20:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]



Fin »