18 janvier 2010

LES FRANKENSTEIN DES VIGNES - MesMotsCourts culin@ires -

une_sine_hebdo

Accusée par des écolos d'empoisonner le raisin, la Fédération des producteurs de raisins de table (FNSEA) les a traînés en justice.

« Il est beau, il est beau mon raisin... » On connaissait le refrain, mais il serait grand temps de l'oublier. Le Mouvement pour les droits et le respect des générations futures (MDRGF) est bien placé pour nous le rappeler, encore cette semaine où se tenait devant le tri­bunal de grande instance de Paris le procès où il était mis en accusation.

Rappelons les faits. Une grande enquête menée en novembre 2008 sur les raisins de table dans l'Union européenne par cinq Organisations non gouvernementales, dont la MDRGF, laisse apparaître dans 124 échan­tillons analysés des traces et résidus de pesti­cides à des taux anormalement élevés. Et particulièrement en France, où 100 % des raisins testés étaient contaminés ! Les chiffres sont affolants et démontrent à quel point, aussi bien dans la viticulture que dans l'arboriculture, l'industrie chimique fait son beurre avec nos chers agriculteurs. Parmi les matières actives retrouvées, entre autres, des matières neurotoxiques cancérigènes. Sans revenir sur l'étude très détaillée qu'on peut consulter sur le site de l'association, le constat est alarmant et montre à quel point la filière est polluée.   

À la suite de la publication de ces résultats, la Fédération des producteurs de raisins de table (FNSEA), très mécontente, réplique. Apparemment, elle n'apprécie guère qu'on vienne voir ses grappes de trop près. Elle dé­cide, le 2 février 2009, d'assigner les écolos en justice sous prétexte de dénigrement. Et éva­lue le préjudice subi à 500 000 euros. Sans complexes, elle retourne la bonne vieille for­mule « les pollueurs seront les payeurs », cher­chant ainsi à bâillonner une association qui n'a fait que son boulot et dont la tâche essentielle est de nous alerter sur les dangers qui menacent au quotidien l'environnement et la santé publique.

Pas un instant, il ne viendrait à l'esprit de ces « productueurs » de se remettre en cause et de revoir leurs façons de faire. Ils se retran­chent derrière ce qu'ils nomment « l'agricul­ture raisonnée », autrement dit le droit d'empoisonner raisonnablement à des doses conseillées par les autorités légales. Foutaise que cela quand on sait à quel niveau ces doses sont justement décidées, le minimum admis dépassant souvent les niveaux tolérables, ce qui est simplement intolérable !

Résultat des délibérations le 10 février. À suivre donc...

Ciao.

Jean-Paul Rocher

13/01/2010

Site de du MRDGF: www.generations-futures.org/histoire_generations_futures.html

Posté par pmercier3 à 20:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur LES FRANKENSTEIN DES VIGNES - MesMotsCourts culin@ires -

Nouveau commentaire